CS Pays Vert Ostiches Ath : site officiel du club de foot de Ostiches - footeo

L'Avenir-Le sursaut orgueilleux des Belœillois

28 novembre 2017 - 20:25

Quatre équipes régionales invaincues et une cinquième bannie de réussite malgré l’abnégation de ses jeunes pousses. Tel est le bilan dominical.

«En P1, tout le monde peut battre tout le monde.» Mais il est également très difficile de s’imposer. Dans le Top 5, seul Saint-Symphorien y est parvenu ce week-end grâce à un penalty marqué à cinq minutes du terme contre la lanterne rouge montkainoise! Benjamin Van Cauter, le portier local issu de la P3, a failli être le héros de la journée: «Ce point aurait récompensé l’ensemble de l’équipe, pas seulement moi. J’aurais pu être déterminant mais un gardien de but est là pour arrêter les ballons tout comme un attaquant est présent pour marquer des buts. C’est rageant de perdre ainsi alors que je touche encore le ballon sur le penalty final. Je dois mes prestations au club et à ses formateurs qui savent faire évoluer les jeunes. Jouer en P1 n’est pas un défi que je m’étais fixé mais un honneur. Face à Saint-Symphorien, nous avons bien travaillé et nous devons poursuivre sur la même voie.»

Si Gosselies n’a pas gagné, c’est parce que Péruwelz l’en a empêché. Jean-Luc Delanghe a vu deux périodes différentes ce dimanche. «Personne n’aurait crié au scandale si nous avions mené à la pause. Mais par la suite, c’est Gosselies qui nous a obligés à défendre. Chacun a eu ses bons moments. Il est simplement malheureux que l’arbitrage n’ait pas été à niveau ce dimanche. Mais Montuelle a fait le boulot pour que nous n’ayons pas à en subir les conséquences.»

Le derby se jouera dimanche

Soignies a, lui, même été battu ce week-end par une formation de Belœil métamorphosée. Luc Paul pouvait enfin passer une soirée détendue: «Une petite fête fait du bien! Elle permet de relâcher quelque peu la pression. Elle est d’autant plus méritée que le succès ne se conteste pas du tout. La nouvelle tactique que l’on a mise en place a porté ses fruits. Ces trois points font du bien mais doivent nous convaincre de poursuivre le travail. À commencer par le derby qui nous attend dimanche à Antoing. Ce dernier nous a demandé à avancer le match à samedi soir mais plusieurs de nos joueurs ne sont pas disponibles. Et avec notre infirmerie pleine, on ne pouvait pas se permettre de se passer de nouveaux éléments…»

Futur adversaire des Unionistes, le Pays Blanc a été contraint au chômage technique ce week-end, la faute aux maillots de Quévy-Mons B. Nanti d’un score de forfait et de trois points faciles, les Antoiniens conservent donc leur place dans la colonne de gauche, bien au chaud par rapport aux formations qui restent confrontées à la lutte pour le maintien.

Aussi fort à dix

David Bourlard a tenu parole! Il a su motiver ses troupes pour ennuyer le leader osticho-athois. Ce dernier a toutefois aussi démontré que son nouveau statut n’était pas usurpé. Même réduits à dix durant quasi une période, les hommes de Michaël Browaeys ont donné du fil à retordre aux Standardmen locaux. Laurent Vanduille est satisfait du point conquis. «Je pense que nous avons été meilleurs dans la conquête et dans la circulation du ballon. Après avoir été menés et réduits à dix, nous sommes néanmoins parvenus à prendre un excellent point avec un banc composé de quatre éléments de moins de vingt ans, la palme revenant à Gil Paternostre. Nous ne devons pas faire la fine bouche!», concédait le manager du Pays Vert.

 

Commentaires