CS Pays Vert Ostiches Ath : site officiel du club de foot de Ostiches - footeo

L'avenir-Les verdicts se font encore attendre

21 mars 2018 - 17:08

La Montkainoise est sous perfusion mais elle vit encore alors que Belœil et Péruwelz ont grappillé de précieuses unités. En tête, c’est le statu quo!

Le mano à mano perdure! Le Pays Blanc a décidé de mettre des bâtons dans les roues osticho-athoises le plus longtemps possible. Ce n’est pas tant le comportement des Antoiniens qui irrite Laurent Vanduille mais bien la mentalité de l’adversaire moncellois. «Certains semblent démoblisés et risquent de fausser la compétition. Cela dit, on a toujours notre sort entre les mains. Mais il serait opportun d’éviter les accouchements au forceps lors des prochains matches. Les jeunes Montois nous ont donné une petite leçon qu’il faudra retenir pour éviter les mauvaises surprises. La suffisance ne doit plus faire partie de notre registre dans la course au titre.»

Sauvé, Monceau n’a plus rien à espérer. Julien Labarrère fut le premier étonné par la prestation locale. «Moi qui suis déjà assez vieux (sic), j’aurais pu encore jouer 2 heures sans me fatiguer. Monceau n’a rien montré et pouvait se prendre le double de buts que l’on a marqués. On ne va pas s’en plaindre mais je reconnais que c’était assez triste de voir ça. Au final, c’est une prime gagnée bienvenue car les troisièmes mi-temps coûtent cher au Pays Blanc!»

Avec cinq points d’avance sur le barragiste actuel, Péruwelz se met temporairement à l’abri mais ce n’est pas encore le moment de décompresser même si Chris Vandennieuwenborg se penche sur un autre objectif. «Notre maintien va se jouer en grande partie dimanche contre Quévy. Finalement, on vit une drôle de saison. Un bon début, un coup de moins bien dû à notre parcours en coupe de Belgique pour enfin sortir la tête hors de l’eau. Un regain de forme qui, je l’espère, va nous aider à nous qualifier pour la finale de la coupe le 1er avril contre Gosselies. On veut aller au bout avec une finale qu’il ne faudra pas jouer mais gagner!»

Carottes presque cuites

Mathématiquement, la Montkainoise reste en P1. Pour combien de temps encore? Nicolas Flament souligne les incessantes erreurs répétitives: «On se crée des occasions mais on ne marque pas. Et ensuite, on accumule les erreurs individuelles qui nous font partir en vrille. Ajoutez-y un physique en baisse au fil de chaque partie… Mais tant qu’il y a de la vie, on continuera à se battre. À de nombreuses reprises, on a été battu contre le cours du jeu. Si la tendance s’inversait encore?» La joute dominicale contre Ransart sera cruciale…

Un point au PAC Buzet, c’est une bonne opération pour Belœil alors que Le Rœulx courbait l’échine: «C’est une bonne unité, dit Sébastien Terlin. Je pense qu’on connaît les trois descendants même si Solre n’a pas perdu ce week-end. Il reste à se battre pour éviter la place de barragiste. On peut considérer que cinq formations ne sont pas à l’abri de ces prolongations d’après-saison. Au plus on est concerné, au mieux c’est pour nous mais place maintenant au derby contre les Pays Vert qui faudra son pesant d’or pour les deux équipes.»

Commentaires