CS Pays Vert Ostiches Ath : site officiel du club de foot de Ostiches - footeo

L'Avenir-Le stade athois veut retrouver des Géants

21 avril 2018 - 17:36

Le Cercle Sportif du Pays Vert Ostiches-Ath est à nonante minutes du bonheur et d’une première participation à un championnat national. Pays Vert - Pâturages : Pays Blanc : Quévy-Mons : Péruwelz : Gosselies : Soignies Sp. : RUS Belœil : Symphorinois : Montkainoise : Dimanche à 15hDimanche à 15hDimanche à 15hDimanche à 15hDimanche à 15h

Un dernier effort pour un ultime succès et le Pays Vert se sera montré à la hauteur de son statut de favori de la série fixé en début de saison. Pour ne rien gâcher, il faudra avant tout prendre la mesure de Pâturages qui a aussi besoin de points pour éviter les barrages. Face à un adversaire qui ne sera donc pas démobilisé, Fabrice Milone ne veut pas encore entendre parler de fête. «Je connais bien David Bourlard et je sais qu’il ne lâchera rien dimanche. On a reçu un cadeau le week-end dernier sous la forme d’un revers antoinien, il ne faut pas s’attendre à en avoir un second face au Standard. J’ai interdit aux joueurs de songer à la fête d’après-match. Je veux voir une équipe concernée par le duel, comme ce fut le cas en première période à Gosselies. Si nous jouons de la sorte ce dimanche, cela devrait alors le faire!»

S’il reste un infime espoir de titre, le Pays Blanc sait qu’il faudrait un miracle pour le décrocher. Fabian Vervoort retient qu’il y a encore un autre objectif à atteindre: «C’est dommage de s’écrouler à deux matches de la fin mais on ne refait pas le passé. Si la déception est encore présente, nous devons à présent nous concentrer sur notre prochaine participation au tour final. Cela commence par une bonne préparation pour laquelle nous avons deux rencontres à jouer. Et il nous faut également songer à notre équipe B qu’il faut aider à décrocher le titre en P4.»

À deux journées de la fin, Péruwelz et Belœil ne sont pas encore sauvés. Face à Gosselies, les Péruwelziens vont revivre un remake de la demi-finale de la coupe du Hainaut avec un adversaire avide de revanche qui prépare également le tour final de P1. «Je m'attends à une opposition très engagée, avoue Jean-Luc Delanghe, l’entraîneur des Carolos. Gosselies a un œuf à peler avec nous. Mais nous ne devons pas oublier que nous devons encore nous maintenir définitivement dans la série. C’est notre premier objectif avant de songer à la finale de la coupe provinciale. Ce serait bien également de terminer ce championnat avec plus de points que la saison dernière, soit de prendre encore au moins trois unités.»

Belœil est aussi condamné à se battre pour reconduire son bail en P1. À Soignies, il n’aura pas la tâche facile contre des locaux qui rêvent encore de participer au tour final. «Si nous ne voulons pas dépendre des autres résultats, nous devons forcer la décision lors de ce déplacement à Soignies. Nous pouvons nous baser sur nos résultats du second tour pour nous convaincre que c’est tout à fait possible. Il y a suffisamment de talents dans notre équipe pour y parvenir», est convaincu Sébastien Terlin, coach des Belœillois.

Arbitre légitime du titre, la Montkainoise peut encore se faire plaisir durant deux rencontres dans cette élite provinciale. En déplacement sur la pelouse de Saint-Symphorien, elle n’aura rien à perdre chez un prétendant au tour final. «Cela dépendra essentiellement du comportement des joueurs, tempère Pascal Buntinx, le coach montois. Après avoir fait bonne figure tout au long de la saison, certains sont occupés à se cracher dessus (sic)… Que la Montkainoise vienne donc s’imposer chez nous et cela démontrera alors ce qui se passe réellement chez nous actuellement…»

Commentaires